Ta Gueule Momo !

(3 avis client)

22,00

Par Bruno Duchemin

Momo est Chef de manœuvre sur un triage ferroviaire. Un gars un peu exubérant. Ses collègues le moquent, mais ils l’aiment bien.
Léo est en bas de l’échelle sociale. Il voudrait devenir conducteur de trains.
Arthur aime Plurielle. Il sera fait Chevalier.
Le Démon attend son heure. Il est patient.
L’accident va tout bouleverser.
Le journaliste essaie de raconter. Il ne le fait pas très bien. Ce n’est pas grave puisque son rôle est ailleurs.
« Bah oui ! » comme dirait Momo.
Léo devient Léo le Héros. Les anciens, Crocodile et Vieux Guerrier, s’inquiètent.
Ils ont raison !
Vous n’avez jamais passé vos nuits à discuter avec un représentant du Démon tout en conduisant un train de marchandises dangereuses, explosives, sur la ceinture parisienne ?
Non ?… Vous faites quoi de vos nuits ?
Bon, si ça vous tente « En Voiture ! » alors.
Mais je dois vous prévenir : il viendra peut-être hanter votre sommeil.
N’en parlez à personne. C’est votre tour.
Bon voyage !


Télécharger un Extrait

Télécharger le Dossier de Presse

Description

Ta Gueule Momo !

Par Bruno Duchemin

Un roman atypique, aussi surprenant qu’envoutant, où avec humour, un mystérieux personnage insuffle une dimension psychologique de suspens…

Disponible en Ebook :


Genre : Roman
Nombre de page : 356
Dimension : 148×210
ISBN : 978-2-38157-176-8
Date de parution : Juin 2021

3 avis pour Ta Gueule Momo !

  1. Sophie Lefevrebure

    -Bruno, c est Momo,
    Le train de la lecture ne peut pas s’arrêter
    T’es fort Bruno, t’as l’aiguillage léger
    Pour le poids de l’histoire.
    « Ferme pas ta gueule ! »
    Moi, avec mes bretelles de Brigadier,
    J’ai jamais fait la ceinture P !
    Toi, tu chemines loin et haut,
    T’as le TCO qui clignote.
    Ta peinture décolle sans brusquer,
    J’en suis panto de ton graph’ !
    Bah oui !
    Ca patine pas, ça adhère à l humain,
    Pas besoin de sable vendeur
    Pour lecteurs au kilo libéral !
    Ta rame sans rature
    Chef de Feuille ! Bah oui !

    -Bruno, c’est Jean le délégué
    Y a trop de Carrés qui ne tournent pas ronds !
    Numérique nique nique !
    Le progrès déraille, tout s’détraque !
    Dans la nuit médiatique,
    Tu éclaires les travailleurs
    Du ferroviaire, solidaires.
    Tu réhabilites la maison service public.
    Pas un roman de gare pour Ange, un docu-fiction sculpté !
    Comme un chef et jamais martial !
    C’est toi l’engagé !
    T’as le courage des sensibles,
    L’humour et l’amour, la vérité détachée,
    La résistance des traverses,
    Quedreux ! y a le feu !
    Tirez ! Nécrologisme !

    -Bruno, c’est le démon
    A la césure, bien sûr, ma démesure !
    T’as tout dit
    Solitude, stress, divorces, suicides, agressions, pannes, dangers, guerres, poisons chimiques, Fermetures, morts à crédit, profits financiers et paillasson…
    J’en oublie, la perversité, c’est biodiversité !
    Moi, je suis juste bon à finir le boulot du boulot,
    Tuer à heure précise, la mort de Léo à 21h26
    Puis refiler le cadavre à la pluie.
    Et toi, tu le déterres à coup de mots !
    « C’est dingue l’émotion »

    -Bruno, c’est le journaliste, c’est toi ?
    Pas le Columbo de papier
    Ni ceux qui condensent ta cadence !
    Ils ne manquent pas d’air ceux-là,
    Ils ont la caténaire publicitaire !
    Celui qui erre en toi, le jour, la nuit ?
    Tu chiffres, tu déchiffres,
    Juste accélération, sérieux !
    Doux freinage, malicieux !
    Jacques envie ton vocabulaire érudit, -Hic !-
    T’es un empereur à probabilités concrètes,
    Tu parles haut aux clients râleurs incognitifs.
    Tu peaufines la phrase, tu lui ouvres son électrovalve,
    T’as le rythme pour faire monter le transformateur…
    -T’es con le journalo !

    -Bruno, c’est moi Léo, le manœuvre
    Oh ton œuvre ! Merci
    De SDF à SNCF, de MEC à ZERO
    T’es poète Bruno, mon ami anti-Héros
    Les lignes de ton territoire de rêves,
    La pluie roule jusqu’à l’aube,
    Tu pleures ? , t’as peur ? d’aimer encore le feu ? d’être deux ?
    L’aurore noyée dans l’oreiller délaissé,
    Le parfum de la vie, HLP, HELP.

    -A la ligne Le Havre- Paris, ils sont tous là,
    Plurielle a emmené Arthur le chevalier sur sa moto,
    Anastasia est unique comme la Pacific,
    Le vieux Guerrier et Crocodile,
    J’aperçois Ibrahima et les Chibanis,
    César, Martial, Jacques,
    Pierrot le dernier, Marco gueule d’ange,
    Pascal, Corentin, Louis le paysan,
    Mika, Dimitri, Arnaud,
    Djamel, Clément, Walter, Rémi,
    Mathis, Boris, Camille,
    Julien le jardinier,
    Monsieur William du Ferré prolétaire,
    Cyrille le sphinx,
    Sylvie et la petite,
    Maxime et la pluie.
    Arrêt Bréauté, tu pars pour la capitale,
    Un prix ! C’est génial !
    Je suis là aussi
    Ton amie Sophie.
    -Y’a un mot de la direction pour toi !
    « Monsieur Ducheminot,
    Penchés sur votre cas, nous parlerions du bénéfice de valorisation incompressible de votre égo littéraire par la reconnaissance utile de vos lecteurs car votre cause s’engage en faveur du syndrome sociétal du déficit existentiel structurant du travailleur. Vous honorez la profession.
    Jean-Charles, Jean-Edouard, Guillaume et Pierre »
    Mon ami de la vie,
    Au prochain écrit
    « Si j’avais pris ce train. Est-ce que tu m’aurais aimé toute la vie ? »

  2. Michel Déhais

    « Ta gueule Momo »
    Après avoir lu le roman atypique de Bruno Duchemin, on ne prend plus le train sans penser aux travailleurs, cheminots, mécaniciens, aiguilleurs,,,,,
    Et il se peut que nous soyons beaucoup plus indulgent et compréhensif en cas de léger retard sur la ligne, une écriture qui nous semble une pièce de théâtre et qui rapidement nous plonge dans une réalité implacable sur la vie du Rail, à lire impérativement !

  3. Souillard (client confirmé)

    Le livre nous fait découvrir des conditions de travail insoupçonnées ; quel beau parcours de vie professionnel et quel courage de la part de Léo ,le personnage principal !

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.