Maman, si tu savais…

(20 avis client)

18,00 

Par Annie Barbier

Nane a 16 ans. Juste après le décès de sa mère, son père lui annonce brutalement qu’elle n’est pas sa fille. Aînée de la fratrie et maman par intérim, cette révélation et l’acharnement du destin vont entièrement la détruire…

Elle part alors dans une quête désespérée de l’identité de son vrai père. Elle découvrira le vrai visage de sa famille, qui elle est et qui elle ne veut pas devenir…

Dans ce cataclysme où la violence est ordinaire, trouvera-t-elle la force de construire sa propre vie ?


Télécharger un Extrait

Télécharger le Dossier de Presse

Description

Maman, si tu savais…

Par Annie Barbier

Un témoignage poignant sur un cauchemar quotidien qui ne se voit pas de l’extérieur. Un besoin irrépressible de s’évader d’entraves qui sclérosent tout avenir. Un formidable message d’espoir et de foi en la vie.

Disponible en Ebook :


Genre : Roman Autobiographique
Nombre de page : 288
Dimension : 148×210
ISBN : 978-2-490522-47-7
Date de parution : Novembre 2019

20 avis pour Maman, si tu savais…

  1. Nicole BARROT

    J’ai pris le temps de lire ce livre qui m’a bouleversé par le comportement d’un père envers sa fille et la violence qui lui a fait subir. D’abord en lui annonçant froidement et de colère, « d’abord je ne suis pas ton père » peu de temps après le décès de sa maman.
    C’est inacceptable de voir cela et faire subir à une jeune fille de 16 ans toutes les atrocités possibles. Elle ne voyait personne, confinée chez elle, pour faire le ménage, la cuisine et s’occuper de ses frères et soeurs en même temps. Sa scolarité elle ne l’a pas trop choisie, c’est lui qui décidait à sa place. Comme pour les prétendants, il aurait fallu que ce soit la personne désirée par son père pour se marier. Lorsqu’elle pouvait sortir s’esquiver de cette maison elle le faisait. Ce qui lui a permis d’avoir des liens avec des jeunes gens et d’apprendre autre chose de ce qui lui manquait chez elle. Elle rechercher de l’affection, de l’amour. Ce qu’elle a eu avec un homme qui était tout pour elle, qui faisait des concerts de musique, car elle aussi aimait la musique. Ils s’accordaient très bien entre eux. C’était son premier amour qui aurait pu durer si … Eh oui, le malheur rôde. De nouveau dans le désarroi et la peine totale, ne sachant que faire rentrer ou pas, vagabonder, etc… puis de nouveau revenu au foyer familial la routine est revenue. Son travail c’est son père qui l’a choisi il fallait qu’elle y aille de gré ou de force. Travailler en plus dans un endroit où lui même son père travaillait, donc encore plus de problèmes et pas facile à gérer.
    De plus son père s’est mis à boire ce qui le rendait agressif. Lorsque les choses n’étaient pas comme il voulait, c’était elle qui trinquait et prenait les coups. Mais laisser paraître à l’extérieur que c’était un bon père de famille. Il ne voulait pas noircir son image et avait donc, en fait, deux facettes. Mais un jour de colère, il lui assène des coups et la met dehors, livrée à elle-même. Oui intolérable ce qu’il a fait.
    Pas facile après tout cela, il faut se reconstruire. Ensuite elle trouve l’homme de sa vie et a eu des enfants et petits enfants par la suite. Mais ce qui n’empêche tout de même que tout cela marque à vie.

  2. Willy van Wijnendaele

    Dès le début du décès de la Maman le mystère s’installe.
    Marc, le père annonce à sa fille aînée Nane( Nanette pour les intimes’il n’est pas son père biologique.
    A partir de ce moment, une idée anime Nane, l’envie de savoir qui est son vrai père
    Après bien des questionnements auprès des parents très proches, c’est le black-out complet.
    En même temps l’amour fou avec Jacques le musicien virtuose et l’enfer avec Marc.
    Avec Jacques se sont les projets fous, les moments inoubliables : Paris de sa jeunesse,
    Puis la faucheuse fait son oeuvre.
    Tout s’écroule autour d’elle, elle doit essayer de se reconstruire et c’est là l’insurmontable ; elle doit se raccrocher.
    Un pénible retour à la vie.
    Après maintes péripéties en des lieux décrits avec talent, parmi des personnages hauts en couleur, animés d’un sens profond de l’hospitalité, le temps arrange les choses.
    Nane peut enfin s’écrier: « Désormais j’existerai, libre debout dans la lumière.Désormais je ne vivrai pas, j’existerai »
    Avec Aydin c’est Istanbul : la Mosquée bleue, Sainte Sophie, le Grand Bazar .A flanc de colline les oliveraies, les vergers de pêchers, ls vignes.
    Avec Guillaume c’est le gros pull, le gros bonnet de laine, c’est la pèche, et le Mont Saint Michel .
    Avec l’image de Jacques, c’est Montmartre, c’est la Provence
    Puis avec le temps l’horizon s’éclaircit et Nane peut se remettre à chanter en choeur avec Michel Fugain:
     » C’est un beau roman c’est une belle histoire »
    Jusque la fin avec le diabolique Marc, le mystère persiste
    Un roman à se procurer en toute hâte
    Je l’ai lu d’une traite, avec passion.
    Il est d’une fluidité sans pareille, le tout s’enchaîne au grand bonheur du lecteur et le suspense omniprésent
    On évite de ce fait des retours incessants , parce qu’on n’a pas bien compris
    Je lui réserve une place de choix dans ma modeste bibliothèque.
    Grand Bravo Annie Barbier.

  3. Lise Pougeau (client confirmé)

    A lire absolument…..
    Un des plus beaux livres que j ai lu de toute ma vie…un témoignage bouleversant, poignant de la vie d’une adolescente qui aurait pu être Moi, vous.
    Un livre très bien écrit qui a fait de Nane une jeune femme qui va me manquer

  4. Monique Diény (client confirmé)

    -Même si je ne suis pas du tout dans l’écriture et la lecture, j’adore lire tout ce que tu écris si bien et avec tellement de franchise ! Tu as tout pour devenir une très grande écrivaine ! Ton livre m’a beaucoup bouleversée ! J’en ai même eu beaucoup de chagrin ! Toi la dame si belle et si souriante ! Je ne pensais pas que ton vécu fut si lourd à porter ! Je ne peux que t’encourager à écrire car toute la poésie que tu as mise dans ce livre si triste est si bien écrite que j’ai eu envie de lire ton livre sans m’arrêter, moi qui n’aime pas lire ! Merci Annie ! Tu es une très belle et gentille femme ! Ton coeur est grand ! Bisous et amitiés sincères !

  5. Michelle Guimpier (client confirmé)

    Maman, si tu savais
    On a beaucoup de mal à se détacher de ce personnage qui est Nane, même quand le livre est refermé. Une belle écriture bien sûr mais tout vient du coeur. L’auteure nous a tout donné, ses secrets, ses peurs, ses chagrins. Il faut du courage pour faire face à toutes ces blessures de la vie et rien ne lui a été épargné Bravo Annie pour ce roman. On en ressort pas intacte

  6. Dolce Chacha (client confirmé)

    Maman, si tu savais..Un livre que j’ai pris plaisir à lire car il décortique les duretés de la vie (amour, vie familiale et amitié), que d’émotions, de difficultés et de malheurs. J’ai adoré l’amour de Jacques pour Nane, un homme qu’elle n’oubliera jamais…. On n’oublie jamais un amour si beau …
    J’aime ces amours « adorateur »
    Ce livre est écrit avec des mots et images que nous connaissons tous, paysages, saisons et pensées. Ça sonde les sentiments dans tous les états, on découvre une promesse qui maintient en vie, Nane est courageuse, elle s’accroche à tant de bouées
    Ce livre nous confronte à la réalité d’un « père » difficile à atteindre, à comprendre et immuable, peut-être est-ce dû au régime de l’armée. .. ?
    Ça m’a coûté quelques coups de soleil et beaucoup de larmes.
    Un livre très agréable à lire

  7. Pierrette Amans (client confirmé)

    J’ai dévoré ce livre en quelques heures, incapable d’entreprendre aucune de mes activités,tant que je ne l’avais pas terminé Quel beau livre, un style comme j’aime, je voudrais tant savoir dire tout ce que je ressens Je demande d’ores et déjà de m’inscrire sur la liste d’attente pour la parution du prochain ouvrage Respect Madame Annie Kubasiak Barbier

  8. Solène Richard (client confirmé)

    -Excellent roman… Je viens de finir de le lire… Votre histoire est très touchante et très émouvante… Vraiment vous avez une jolie plume Madame.Un vrai régal. Merci…!
    Je vous ai rencontrée à la maison de la presse de Lamotte-Beuvron

  9. Jean-Marc Pons (client confirmé)

    -Quel bonheur d’avoir trouvé ce livre , un jour, dans ma boite aux lettres , je ne savais pas trop a quoi m’attendre , mais cette histoire , cette qualité d’écriture, cette sensibilité ont su m’emporter ! je recommande vivement ce livre à tous ceux qui aiment lire , vous garderez surement un peu de Nane (héroïne du livre) un bon bout de temps dans votre mémoire.

  10. Nicole Piron (client confirmé)

    Bonjour Annie
    Je viens de terminer ton livre, j’en suis encore bouleversée. J’ai rit, j’ai pleuré… beaucoup d’émotions se sont bousculées, ma vie a été, aussi, un long chemin de croix…
    Merci pour cette ouvrage qui m’a permis de voir que je ne suis pas seule dans mes souffrances passées.
    Très amicalement
    Nicole Piron
    (qui a fait l’expo chez Michèle en Novembre avec toi)

  11. T.Honnay (client confirmé)

    Durant mon séjour en la Clinique Claude Bernard d’Albi.
    J’ai enfin, dans mon malheur, et mon repos contraint pu lire le dernier roman d’Annie .
    Une merveille, surprenant, triste et tourbillonnant par instants.
    Révoltant, combien de fois j’aurais voulu mettre mon poing dans la “gueule” disons figure de cet être abject peut-être inconscient de ces propres actes (je ne serais et puis en juger)
    Une vie de rêve ? Non ! Loin de là !
    Nous sommes presque au bord des contes des Frères Perrault :
    Cendrillon…
    Il manque des objets et pourtant elle en a eu de son “Premier Prince Charmant” …
    Mais comme dans Cendrillon à minuit le charme d’éteint.
    Et revient la réalité et le cauchemar…
    Si vous voulez connaître la suite de ce merveilleux roman qui m’a bouleversé aux larmes et mis en rage parfois.
    Allez sur le site des Editions libre2lire et commandez-le, vous ne le regretterez pas.

  12. Francisca dite Cécile (client confirmé)

    Un bien le Bonjour comme à la Belge ..
    Ouf ! J’ai retrouver mon bic qui écrit mais pas tout seul hein !..
    Je me présente, je suis la maman de Monique Sampoux
    J’ai 80 ans, j’ai été mariée 50 ans à l’homme que j’aimais j’ai eu 3 filles ..
    J’ai lu votre roman
    Il m’a fait beaucoup de peine et m’a fait tourner le coeur ..
    C’est magnifiquement écrit, ce qui était votre vie, à l’envers comme à l’endroit..
    Et on devrait réfléchir sur ce qui est ce monde..
    Un seul mot revient toujours je le trouve vraiment mais alors vraiment Magnifique !
    Merci !
    En attendant de pouvoir lire votre prochain livre,
    Je me permet de vous embrasser bien fort ..

  13. Mymy Harivel (client confirmé)

    Bonjour; en ce lundi si…particulier de confinement nationale du à ce virus ,je viens vous dire 2 ou 3 petites choses de mon ressenti au sujet de ce livre écrit par Annie.Je me souviens lui avoir demandé conseil… quel livre en 1er???. Comme elle a eu raison.Son livre est une note d’espoir pour tout ceux qui pense que la vie est mi -figue mi- raisin…Je suis convaincue que le bien que l’on fait dans la vie forcément sera se manifester un jour….Ainsi ce livre est un magnifique pied de nez à la vie qui parfois nous malmène, plus ou moins longtemps. Bravo Annie j’admire ça me conforte à continuer d’avancer en gardant le sourire coute que coute même en cette drôle de période bisous tendres et hâte de continuer de te lire car je suis désormais addict

  14. Madeleine Petitpantalon (client confirmé)

    Pourquoi j’aime ce livre.
    Toc, toc, entrez dans la vie de Nane et combattez avec elle tout au long de ses pages. Chagrinée dans toutes les étapes de sa vie, Annie nous conte agréablement et sans férocité ( mais plein de sous entendus ), les aléas de son existence. Beaucoup de sentiments de toutes parts, beaucoup de cris et de secrets. Énormément d’amour perdus, ce livre est vivant parmi les morts d’anges. Cette guerrière, j’ai envie de la serrer dans mes bras et de prendre son courage. Merci l’auteur.

  15. Vacher (client confirmé)

    Madame,
    La lecture de votre livre est prenante.Un moment m’a particulièrement ému, quand votre future belle mère vient vous chercher à l’église lors des obsèques de Jacques. Vous l’exprimez simplement et j’en ai ressenti toute la force.Merci, Madame.
    Bien à vous,
    Michel Vacher

  16. Nathalie Venon-Bisson (client confirmé)

    Quelques mots ….
    Fascinant, émouvant, intrigant, captivant…. merci Annie Barbier tu m’as réconciliée avec la lecture et ton roman autobiographique « Maman si tu savais » m’a tellement retournée, j’en ai pleuré……
    J’ai mis si peu de temps à le lire… une fois dedans je ne m’arrêtais plus….
    Quelle belle rencontre ….. avec toi….avec ton écriture….
    Merci 💜💙💚💛🧡❤

  17. Eva Ufaux (client confirmé)

    Annie, je viens de passer 2 jours à lire ton livre « Maman si tu savais » je suis passée par toutes les émotions, d un style limpide et très facile à comprendre, j ai pris un réel plaisir à le lire, j ai tout de suite compati aux sentiments de Nane. Je tenais à te féliciter pour ton talent d écriture, la force dans chaque phrase pour les bons moments mais aussi les atrocités que la vie peut imposer à la jeune fille que tu étais. BRAVO !

  18. annie barbier (client confirmé)

    Sabine Allard
    Bonjour Annie et bien quel parcours !!!! Bien triste d’avoir une adolescence aussi tragique , ont n’ pas le droit de faire cela aux enfants , dans votre malheur vous avez eu le chance de rencontrer quelques personnes qui vous ont aidés et aimés. Je trouve votre écriture très gentille malgré tout ça , je n’ai pas ressenti de haine mais beaucoup de courage , des épaules très larges :):) Je vais vous suivre dans vos prochains livres je suis sûr que je vais retrouver une écriture haute en couleur et de la détermination avec des regards vifs et du bonheur à perte de vu :):)Bien à vous

  19. Florence Ciampi (client confirmé)

    Une belle plume…
    J’ai rencontré Annie à l’occasion du salon du livre de Privas et, immédiatement, j’ai apprécié sa compagnie.
    Du coup, lorsqu’elle m’a proposé de lire son roman autobiographique j’ai accepté. Même si, je ne vous le cache pas, je ne suis pas une adepte de ce genre littéraire.
    Là, contre toute attente, j’ai été emporté dès les premières pages… Comme quoi, il est important de ne pas se cantonner à des préjugés !
    J’avoue, sans rougir, que je suis passée par un panel d’émotions qui vont de la larme à l’œil au sourire complice.
    J’imagine le point d’interrogation qui plane au-dessus de la tête de certains qui se demandent : « quel est l’intérêt de lire le roman autobiographique, d’une parfaite inconnue ? ».
    A cette éventuelle question, j’apporte d’ores et déjà une réponse (évitons les pertes de temps 😉).
    Premièrement, c’est le flot de sensations que procure ce livre qui est intéressant. Nous lisons bien pour ressentir des émotions, non ?
    Au fil de l’histoire, j’avais l’impression d’écouter une amie qui se confie.
    Et partager des moments de vie, écouter les autres parler des bonnes comme des mauvaises périodes, rien de tel pour progresser et apprécier sa propre existence.
    L’absence d’échange nous a tellement fait souffrir durant le confinement, n’ai-je pas raison ?
    L’être humain a besoin de se comparer aux autres, d’apprendre d’eux, de se distraire en écoutant leurs histoires…
    Et, même si les épreuves sont différentes d’un individu à un autre, il est toujours enrichissant de s’appuyer sur l’expérience de quelqu’un (du reste, peu importe l’âge de ladite personne).
    Je suis tentée de dire qu’il est intelligent de savoir profiter du vécu de l’autre !
    Deuxièmement, Annie n’est pas « une parfaite inconnue » !
    Elle vient d’obtenir une décoration honorifique qui récompense les personnes qui se sont distinguées par leur création : « Officier des Arts et des Lettres ».
    L’ordre des Arts et des Lettres compte notamment dans ses rangs, Messieurs André Maurois et Marcel Pagnol.
    C’est donc avec élégance qu’Annie se livre sans fard. Son texte est fluide, riche mais sans emphase, autrement dit c’est de la belle ouvrage !
    Pour toutes ces raisons, je ne peux que conseiller la lecture de « Maman, si tu savais… » où, avec authenticité et courage, cette romancière transporte son lecteur au cœur même d’une histoire vraie, la sienne…

  20. Brigitte Girault-Daux (client confirmé)

    Aujourd’hui, je vous propose un retour sur un livre autobiographique, celui d’Annie Kubasiak-Barbier..
    C’est une lecture peu habituelle pour moi car je ne lis pas d’autobiographies. Mais ce choix n’était pas fait au hasard car je connaissais déjà l’auteure de poésies et l’empreinte musicale des textes de la parolière de chansons.
    Dans ce livre qui relate sa vie, Annie Kubasiak-Barbier tremple sa plume plus souvent dans dans ses veines que dans son encrier. C’est un récit sans concessions, rédigé dans un style très simple, sur le ton de la conversation, de la confidence, où l’on partage tour à tour ses drames adolescents, puis sa vie de femme avec ses grands bonheurs et ses désespoirs qu’un parfum, un objet, un lieu suffisent à ressusciter. Tout un monde où domine sa capacité à s’attacher de façon inconditionnelle, d’abord à sa fratrie, puis à ses rencontres, avec une force analogue au poids de ses déceptions
    L’auteure vit dans un présent mâtiné du passé qui l’a construite. Sa mémoire vive a accumulé des cicatrices et des souvenirs toujours capables de faire suinter sa mémoire affective, longtemps après la disparition de ceux et de celles qui ont eu une influence bénéfique ou maléfique sur sa vie.
    C’est un livre de résilience qui a valeur d’exemple pour tous ceux qui ont peur de tomber sans pouvoir se relever, pour ceux qui hésitent encore à faire ce pas supplémentaire capable de les extraire du gris pour leur faire entrevoir à nouveau un peu de bleu.
    Un livre qui rappelle que le malheur ne touche pas que les adultes et qu’il n’y a rien de pire que l’indifférence quand un enfant souffre.
    Un livre qui confirme qu’avoir cotôyé les côtés sombres de la vie ne tue pas les pulsions humanistes. Peut-être même sont-elles attisées par le vent de la révolte car la souffrance personnelle est une clé pour comprendre la souffrance universelle.
    Un livre bâti sur une dualité de force et de faiblesse qui ne donne ni recettes ni leçons de vie mais qui apportera à tous ceux qui le liront un exemple de cette détermination indispensable pour trouver la volonté et l’énergie nécessaires pour avancer malgré l’adversité.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.